•  

     

     

    Auteur : Gabrielle-Suzanne De Villeneuve

    Date de parution : 1740

     

    4ème de couverture :

     « Le monstre se fit entendre. Un bruit effroyable, causé par le poids énorme de son corps, par le cliquetis terrible de ses écailles et par des hurlements affreux, annonça son arrivée. En voyant approcher la Bête, qu'elle ne put envisager sans frémir en elle-même, la Belle avança d'un pas ferme, et d'un air modeste salua fort respectueusement la Bête. Cette démarche plut au monstre et, se retournant vers la Belle, il lui dit : " Bonsoir, la Belle. " »

     

     

     

    Mon avis

    Quand j'étais petite, je regardais en boucle le dessin animé "La Belle et la Bête" de Disney. Je ne m'en lassais pas! Et puis l'année dernière, une nouvelle adaptation cinématographique de l'histoire, réalisée par  Christophe Gans, m'a replongé en enfance et cela m'a donné envie de lire le conte à l'origine de ses films.

    Le conte, écrit par Madame de Villeneuve, est divisé en deux parties. La première est plus basée sur la rencontre entre la Belle et la Bête, l'évolution des sentiments entre les deux personnages au fil des jours... tandis que la seconde raconte comment et pourquoi la bête fut métamorphosée et l'histoire de la Belle, que j'ignorais. On découvre un monde peuplé de fées, une histoire d'enfant caché... mais je n'ai pas beaucoup apprécié cette partie, elle s'éloignait trop de l'histoire d'origine.

    Dans ce conte, la Bête a un physique différent de celui pour lequel on la connait. Ici, elle est dotée d"écailles et d'une trompe. Mais son caractère est le même, toujours autant distant, discret, possessif et maladroit envers la Belle. Il se présente que lors du dîné et pose toujours les mêmes questions et conclut le repas à chaque fois par cette phrase, "Bonsoir, la Belle".

    La Belle, elle, est telle qu'on la connait : ravissante, provoquant l'admiration des hommes et la jalousie de ses sœurs qui lui envient sa beauté. Elle plonge chaque nuit dans des rêves la menant auprès d'un inconnu, d'une beauté incroyable et au beau langage. Il représente tout le contraire de la Bête (enfin c'est ce que l'on croit).

    Ce conte nous apprend qu'il faut savoir aimer au-delà des apparences.

    Ainsi cette lecture fut un petit plaisir mais pas un de mes coups de cœur. La première partie était très bien écrite, fluide et entraînante, alors que la seconde fut plus compliquée à lire et moins passionnante. Mais ce fut tout de même intéressant de comparer les films et le conte, de trouver les ressemblances et les distinctions.

    Ma Note : 15/20

     

    Un livre : deux films

     

    Citation : 

    "A ses mots, la Belle le regardant d'un air rempli de tendresse, mais accompagné d'une noble fierté, lui dit : « je ne puis, prince, vous cachez les sentiments que j'ai pour vous, votre désenchantement en est une preuve, et je les voudrais en vain déguiser. J'avoue, sans rougir, que je vous aime plus que moi-même ». " 

     

     


    votre commentaire
  • Une saison à Longbourn

     

    Auteur : Jo Baker

    Date de parution : 2 Avril 2014

     

    4 ème de couverture

    Sur le domaine de Longbourn, vivent Mr et Mrs Bennet et leurs vénérables filles, en âge de se marier.
    À l’étage inférieur veillent les domestiques. Personnages fantomatiques dans le célèbre roman de Jane Austen, Orgueil et préjugés, ils deviennent ici des êtres de chair et de sang qui, du matin au soir, astiquent, frottent, pétrissent et vivent au rythme des exigences et des aventures de leurs bien-aimés patrons. Mais ce que les domestiques font dans la cuisine, sans être observés, pendant qu’Elizabeth et Darcy tombent amoureux à l’étage, relève d’eux seuls… Une histoire d’amour peut en cacher une autre, et qui sait quel secret enfoui risque de ressurgir.

    Une saison à Longbourn

     

    Mon avis

    Depuis que j'ai lu "Orgueil et préjugés", je suis devenue une fan inconditionnelle de Jane Austen. "Une saison à Longbourn" reprend le roman mais du point de vue des domestiques. 

    Tandis que dans le roman de Jane austen, on découvre des personnages riches menant une vie aisée, ici, dans cette histoire écrite par Jo Baker, l'auteur nous dévoile la vie quotidienne des domestiques. Leur routine est accablante, il s'occupe nuit et jour de leurs maîtres et de sa famille : ils astiquent, cuisinent, vident les pots de chambre, font les préparations pour les bals et autres festivités... Ils sont à leurs merci. Mais aux yeux de leurs maîtres, ils restent tout de même des fantômes.  

    L'intrigue est prenante, je me suis tout de suite attachée au personnage principal, Sarah, une femme de chambre de la famille Bennet. C'est une jeune femme à la recherche d'aventures et d'une vie meilleur. "Elle songea même (...) que personne ne devrait jamais avoir à laver le linge sale des autres". C'est une orpheline naïve au début de l'histoire, puis qui devient forte et clairvoyante par la suite. 

    De même, j'ai beaucoup aimé le personnage de Polly, une petite fille de seulement 12 ans, très naïve aussi mais adorable tout de même!! Elle ne pense qu'à jouer, à manger, elle apporte de la joie dans la vie morose des domestiques. 

    Bien sûr, dans ce roman il y a une histoire d'amour!! Une histoire magnifique entre Sarah et James, un nouveau domestique dont on ne connait presque rien . C'est un personnage qui cache des secrets. Il se planque quand les soldats viennent rendre visite à la famille. Il est couvert de cicatrices. Il dissimule des coquillages. J'avais envi d'en connaître plus sur ce personnage mystérieux dont nous découvrons les secrets seulement à la fin du roman. Ça m'a incité à continuer ma lecture bien-sûr.

    Ainsi, j'ai beaucoup aimé ce roman, sa lecture fut un pur moment de bonheur. Je le conseille vivement à tous les fans des livres de Jane Austen. C'était très audacieux de reprendre un classique tel que "Orgueil et Préjugés" mais Jo Baker l'a fait à la perfection. 

    Ma note : 15/20

     

    Citations

    "Elle était plus coriace qu'elle ne le pensait. Elle ne voulait rien de lui. Elle le chassait comme une mouche. Il trouvait cela délicieux."

     

    "Il découvrit soudain qu'il l'aimait.
    Il frissonna sous le choc.
    Cela ne changeait rien.
    Ce qu'il éprouvait ne devait pas compter.
    Pourtant cela l'intéressait.                                                                                                            
    Il l'aimait. Il se répéta cette phrase comme un prêtre tient un calice, ébloui par ce qu'il symbolise au-delà de sa réalité." 

     


    votre commentaire
  •                             

     

                              Ma pile à lire du mois de Mars 2015 (provisoire)    Ma pile à lire du mois de Mars 2015   Ma pile à lire du mois de Mars 2015 (provisoire)   Ma pile à lire du mois de Mars 2015

     

                


    votre commentaire
  • Orgueil et préjugés 

     

     

    Auteur : Jane Austen

    Date de parution : 10 Janvier 1996

     

    4ème de couverture : 

    En Angleterre, dans la société provinciale guindée, fière de ses privilèges et de son rang social, Mrs. Bennett, mère de cinq filles, veut à tout prix les marier... Elle n'hésite pas à faire la cour à son nouveau voisin, Mr. Bingley, jeune homme riche qu'elle aurait aimé donner comme époux à sa fille aînée Jane. S'ébauche une idylle entre Jane et Mr. Bingley, qui pourrait bien aboutir à un mariage. Elisabeth, soeur cadette de Jane, se réjouit de cet amour naissant. Mais c'est sans compter le dédain et la méfiance de l'ami intime de Bingley, Mr. Darcy qui, n'appréciant pas les manières de Mrs. Bennett et de ses filles, empêche Bingley de se prononcer. Elisabeth de tempérament fort et franc, consciente de la valeur et du mérite de son milieu, affronte Mr. Darcy...

     

    Orgueil et préjugé - Jane Austen

    Mon avis :

       Orgueil et Préjugés est mon coup de cœur des livres classiques de la littérature anglaise. C'est mon premier livre de Jane Austen et ce n'est surement pas le dernier. Sa plume est juste splendide, le vocabulaire est très riche et les phrases sont magnifiquement bien tournées. 

    Dans ce roman, l'auteur nous décrit à la perfection la société d'Angleterre à la fin du XVIIIème, un siècle durant lequel le rang, l'héritage et la richesse sont primordiaux. Cela se voit à travers le personnage de Mme Bennet, la mère d'Elysabeth. Son objectif est de marier ses 5 filles au plus vite, avec des hommes riches si possible. Elle n'accorde aucune considération pour ses filles. Ce personnage m'a beaucoup déplu, je la trouve hypocrite, inintelligente et sans cœur. 

    De même, je n'ai pas du tout aimé le personnage de Mr Collins, il est trop naïf, aux ordres de Mme de Bourg. Son principal objectif est d'épouser une femme au plus vite. Il demande la main d'Elysabeth, cette dernière refuse. Quelques jours plus tard on annonce son mariage avec une certaine Charlotte. Ce personnage reste tout de même important car il montre bien qu'à cette époque les mariages par amour ne sont pas toujours présents.

    Mais ce qui m'a le plus plu dans cette histoire, c'est bien sûr la relation entre Elysabeth et Mr Darcy. C'est une fille très difficile à conquérir, elle attend un amour sincère. 

    Les deux personnages se détestent au début, je ne pensais pas du tout qu'ils allaient se rapprocher par la suite. Je m'attendais plus à une relation avec Wickham, l'idéal masculin avec qui elle s'entendait si bien. Mais la rencontre avec Mr Darcy a tout changée. On découvre de nombreux secrets qui vont modifier l'opinion d'Elysabeth sur Wickham et qui va lui permettre de regarder Mr Darcy avec un oeil nouveau.

    Mr Darcy et Elysabeth se sont rapprochés, elle est séduite jour après jour par ses actions pour aider la famille Bennet. Et moi aussi j'ai été séduite par ce personnage qui change au fil des jours, qui découvre ce qu'est l'amour.  

    C'est une relation qui va bouleverser les rangs sociaux. Mais selon moi, cette histoire d'amour était inévitable. Cela se voit dès le début : Jane tombe malade en allant rendre visite à la soeur de Mr Darcy. Elysabeth la rejoint et se retrouve bloquée chez eux durant plusieurs semaines, ce qui permet le rapprochement entre les deux personnages. De même d'autres passages montrent bien qu'ils étaient destinés à s'aimer.

    Mais bien vite cet amour est contesté car la famille d'Elysabeth qui ne l'accepte pas et Mme de Bourg refuse qu'ils s'aiment. 

     Ainsi ce fut une lecture riche en émotions, une fin à mon avis parfaite. J'ai vraiment étais embarqué dans cette aventure avec Elizabeth et cela m'a permit d'en apprendre plus sur la société anglaise de cette époque.

     

    Ma note : 16/20

     

    Un livre : un film 

     

    Citations :

    "Depuis le commencement, je pourrais dire dès le premier instant où je vous ai vu, j’ai été frappée par votre fierté, votre orgueil et votre mépris égoïste de sentiments d’autrui. Il n’y avait pas un mois que je vous connaissais et déjà je sentais que vous étiez le dernier homme du monde que je consentirais à épouser." (Elysabeth)

    "L'imagination des femmes court vite et saute en un clin d'oeil de l'admiration à l'amour et de l'amour au mariage."

    ""En vain ai-je lutté. Rien n'y fait. Je ne puis réprimer mes sentiments. Laissez-moi vous dire l'ardeur avec laquelle je vous admire et je vous aime." (Mr Darcy à Elysabeth)

     

     

     


    2 commentaires
  •  

     

                                           

     

     

    Lectures scolaires

    Ma pile à lire du mois de Février 2015  Ma pile à lire du mois de Février 2015

     


    votre commentaire